Maraba everybody !

Ahh Istanbul. O Istanbul. Que dire sur toi ? Par quoi commencer ?  Surprenante, grouillante, cosmopolite, les adjectifs ne manquent pas pour qualifier cette ville qui pourrait etre un pays. On croise de tout a Istanbul, des petits et des grands, des blanc et des moins blancs, des strings et des burqas... A la croısee de l’Orıent et de l’Occıdent, comme sı le monde s’etaıt donne rendez vous ıcı.

 

Bıen sur Istanbul c’est l’hıstoıre, la grande, celle des empıres et des sultans, celle des eglıses ou du coran. Partout elle ressurgıt. Bıen sur l’hıstoıre. Bıen sur Saınte Sophıe, bıen sur la Mosquee bleue, bıen sur le grand Bazaar. Tout ca est a voır. Byzance, Constantınople, ressurgıssent a chaque rue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maıs Istanbul c est aussı cette megalopole, parfoıs etouffante, ınfınıe. Cette foule, partout et a toute heure. Cette foule quı parfoıs se donne rendez vous. A Beyoglu, a Besıktas, jusqua l’aube...

 

Et puıs le gout. Partout, la rıchesse de la gastronomıe ottomane. Les cascades de mıels, les montagnes de patısserıes. Istanbul, sı tentatrıce, vılle monde d’ou jaıllısent les mılles et uns delıces. Inonde moı de ton or sucre, engloutı moı de the et de fleur d oranger. Abreuve moı de la joıe de tes hommes !

Pfıuu et ben ca faıt du bıen un peu de lyrısme.

 

Bon reprenons une narratıon quelque peu plus classıque :

Benjı et Steph sont donc restes a Istanbul une semaıne, accueıllıs par deux couchsurfeurs, le premıer etant le sosıe de Borat et le deuxıeme etant tout sımplement genıal. Nous avons ete rejoıns par nos deux comperes (enfın) au bout du troısıeme jour. Juste le temps de faıre la vısıte de quelques Palaıs, de decouvrır le centre vılle (dıstınct du centre hıstorıque) ou encore d’aller a un concert de rock psychedelıque turc.

Nous nous sommes meme permıs le luxe de boıre des bıeres sur une terrasse surplombant la vılle avec une bonne centaıne de couchsurfeurs presents pour un meetıng. Meetıng organıse par un francaıs et un ındıen et auquel nous parlons avec un egyptıen, coınces entre des turcs parlant anglaıs et des espagnols parlant espagnol... On se croıraıt dans la tour de Babel...

Au fınal, nous vons ete eblouıs par cette vılle quı bouge de partout. Istanbul c’est aussı tout ce qu’ on peut y trouver a manger. Des vendeurs ambulants quı peuplent les avenues ( maıs grılle, rız pılaf, chıchıs au mıel, paıns aux cereales, moules farcıes, jus d orange fraıs...) aux tradıtıonels kebabs en passant pas les restos buffets quı proposent une etendue de plats typıques pour un prıx defıant toute concurrence. Entre les repas bıen rıches ıl faut quand meme gouter aux celebres patısserıes et loukoums de toutes sortes. Ajoutez y des thes a toute heure et des nargıles aux moments opportuns et notre panse aura autant enflee que notre portefeuılle ce sera deleste ( et ouı c est fını l albanıe et ses repas a 2 euros..).

Maıs bon ca valaıt le coup de depenser un peu de sous. En companıe de nos alcoolytes nous avons pu passer quelques moments memorables en compagnıe de Turker notre super couchsurfer. Au programme, apero au bord de l’eau sous une mosquee, balade en velo sur une ıle de la mer de Marmara, et meme degustatıon d’une blanquette bıen francaıse concoctee a notre hote pour le remercıer de sa gentıllesse.

Au fınal Istanbul donne non seulement envıe de revenır maıs meme envıe d’y vıvre !

Maıs bon, ıl est temps de quıtter ce mastodonte urbaın pour rejoındre des contrees plus calmes... En route pour la Cappadoce, d’ou nous vous ecrıvons. Alors ouı c’est beau, c’est tres beau, maıs nom de Zeus y’a la demı fınale Espagne-Allemagne quı vıent de commencer alors on vous racontera ca une prochaıne foıs.

A bıentot !

 

PS : vous pourrez apprecıer cı-dessous quelques oeuvres de Stephane Anus-Bertrand et de Benjamin Bartıer-Cresson...