Et oui chers amis, il est temps pour nous aussi ( nous = Steph et Benji) de vous conter un peu l’Albanie.

Avant tout, je tiens a vous prevenir, l’Albanie n’est vraiment pas un pays comme les autres, si vous voulez faire du tourisme "classique", des surprises vous attendent. En effet, vous pourriez etre choques par les dechets qui jonchent les routes et les rivieres ( jusque dans les campagnes les plus reculees), ou simplement decu par la vetuste des batiments, l’heterogeneite de l’architecture... Mais si vous vous arretez a cela vous aurez tout manque de l’Albanie. En effet la vraie richesse de ce pays se trouve par derriere les apparences. Bien sur les paysages sont grandioses, mais surtout, les gens sont d’une chaleur et d’une generosite rares. Mere teresa etait albanaise, et a voir comment sont les albanais, ce n’est pas une surprise.

Qu’avons donc nous fait en Albanie pour pouvoir dire cela ?

Tout d’abord nous nous sommes arretes a Skhoder pres de la frontiere Montenegrine. Plongee rapide dans l’Albanie, ses vehicules heteroclites, ses verres de Raki au ptit dej... La premiere soiree nous longeons le lac pour trouver un spot de camping sauvage. Les rives du lac sont assez urbanisees, cela se complique. Puis par hasard, nous tombons sur deux petites filles, Greta et Samanta, qui nous nous proposent camper dans leur jardin  ( ici les enfants ont rarement peur de l’inconnu). Rencontre improvisee avec les familles, le reste de la marmaille etc... Au final une apres midi et une matinee geniales a jouer avec les petiots... 

Ensuite, suivant les conseils de plusieurs rencontres, nous allons vers les Alpes Albanaises au Nord. La premiere partie de la route se fait en bateau, sur un lac coince entre les montagnes... somptueux (si l,on excepte le "plouf" regulier des canettes de bieres balancees par les autochtones qui ne sont visiblement pas fans de nicolas Hulot). Arrives a Bajram Curri, petite bourgade buccolique ( qui est ausi le siege la mafia albanaise), nous randonnons quelques peu pour camper pres d’une riviere a l’eau limpide. rencontre avec des kekes des montagnes. ( NDLR : le keke des montagnes est un jeune garcon qui garde des chevres dans le trou du c... de l’albanie mais qui a un calecon dolce gabbana et des lunettes armani ).

Suite de la rando, en parlant avec les gens, nous nous apercevons que nous avons marche dans le mauvaise direction depuis le debut. Pas de souci nous changeons nos plans, et nous passerons par le Kosovo pour rallier Kukes.

Quelques mots sur le Kosovo, quand meme. Pour le stop c’est trop facile : on a meme ete pris par un policier, qui nous a fait visiter sa ville. A Prizren, au sud du Kosovo, nous sommes pris par Sishko, connu comme le loup blanc dans la region, et qui trimbale sa tribu dans son vieux combi VW. Sishko est l’essence meme de la generosite. Il nous paye des bieres, le cafe, re des bieres, il nous rachete meme des sodas sur la route. Et pour conclure en beaute, il nous amene de l’autre cote de la frontiere, a Kukes, apres s’etre arrete une bonne douzaine de fois, nous obligeant a prendre des photos de son pays dont il semble si fier. 

A Kukes, nous retrouvons James, un americain volontaire en Albanie qui nous heberge gentillement. Ils nous donne des conseils avises pour trouver un itineraire de rando sympa dans le coin.

Et Hop c’est parti pour de la marche dans les montagnes... Bon, malheureusement la debut se revele catastrophique. La cause a une liquefaction impromptue des entrailles de Mr Michaut. La rando ne durera donc qu’une heure, au bout de laquelle le corps fragile de notre petit normand du s’affaler sur le sentier pour entamer une "sieste" qui devait se prolonger jusqu’au soir. Journee blanche donc ( ou journee vert-marron pour certains...). Bon sauf que le probleme, c’est qu’avec ca on a pas beaucoup avance, il va falloir mettre les gazs le lendemain. En route donc pour rallier Shishtovec ( ville dont on se souviendra longtemps). La rando est bien ardue, avec nos 20 Kg sur le dos. Heureusement, les fermiers du coin nous offrent plusieurs fois des verres de leur boisson locale ( une sorte de lait ferment melange a un yaourt acide = l’equivalent de 265 actimels... ). L’albanais est tellement gentil, que des qu’il nous voit il s’asseoit avec nous pour parler. Bon ca aide quand il parle anglais ( oui meme a 2000m d’altitude il ya des egns qui parlent anglais). Certains parlent italien, Steph leur parle en espagnol et visiblement ils comprennent. Benji essaie de placer "Tschader" a tout bout de champ, son mot albanais fetiche ( qui signifie "parasol").


Et c’est alors que tout se complique, les jambes se font lourdes et le temps se met a l’orage. Juste apres que Steph ai fait un don biodegradable a dame nature dans un Bunker abandonne, des trombes d’eau puis de grele s’abattent sur nous ( en fait de grele il s’agit de veritables boules de glaces). Bien evidemment nous sommes a decouvert, les eclairs tombent de partout, petit coup de stress. L’orage passe, nous poursuivons la route, esperant arriver au point final avant la nuit. Encore quelques heures de marche et nous y sommes, epuises comme jamais. Heureusement, comme toujours en Albanie, ce sont les gens qui vont nous redonner le sourire. En l’occurence, Vali et sa bande de copains, qui nous hebergent et nous offrent un festin de roi. A peine le repas englouti, nous tombons de sommeil. Malgre la fatigue, reveil a 5h du mat pour rallier Kukes par la "route". 20Km, 3h de trajet ... De Kukes depart pour Tirana. Encore 2 h de route ou nous pouvons enfin dormir, berces par le ronron du moteur et la tete appuye sur l’oppulente poitrine de Rosetta la vieille Paysanne a la moustache duveteuse et a la chair tiede. mhhh dodo.

A bientot dans le metro

PS : personne ne l’aura releve dans une precedent billet, mais "les gondoles a venise" a ete chante par Ringo et Sheila et non pas Stone et Charden, moi qui pensait que ce blog etait lu par des gens cultivees... tsss