Voila le petite troupe reunie dans un camping de Dubrovnik. Dans la cite touristique, nous faisons un peu de bronzette (Benji a encore du retard) puis nous visitons la vieille ville, absolument magnifiquebien que treeees touristique. Une seule frustration : ne pas avoir 300 kunas a depenser pour voir Paco de Lucia en Live (nous avions deja croise la tournee du roi du flamenco a Zadar).







Avant de quitter Dubrovnik, ses mamies raccoleuses, les navires de croisieres et les occidentaux adipeux, nous posons la tente dans un carre de verdure en bord de route. Nous avons meme le luxe de profiter d’une terrasse vide pour casser la croute. 





Le lendemaim retour au stop pour tenter de passer au Montenegro. Comme d’habitude l’equipe des garcons va moins vite que l’autre malgre un depart canon. Au final certains auront meme pu se prendre un pause sur la route et faire trempette pendant que d’autres attendaient en plein cagnard leurs sauveurs ( un couple de russes en l’occurence). Nous nous sommes rejoins a Kotor, au fond de la baie du meme nom. La vieille ville, comparable a Dubrovmik en plus petit, est assez impressionante : un dedale de ruelles anciennes entourees par des murailles aui serpentent jusqu’en haut de la montagne. Cependant l’endroit sent un peu trop le piege a gogo pour que nous y dormions. En un coup de bus nous arrivons donc un peu plus loin dans un petit village avant Budva.

Surs de nous, nous decidons d’avancer vers les montagnes pour trouver un spot de camping sauvage, tout cela de nuit bien evidemment !
Pour une fois, la bonne etoile est avec nous, nous tombons sur un petit endroit paradisiaque au bord d’une riviere et en bas des montagnes. Le lendemain au programme : baignade, sieste et peche a la truite. Si la baignade et la sieste furent une reussite la truite montenegrine ne voulu passe donner a nous, preferant manger l’appat sans mordre l’hamecon ou decidant de relacher celui ci a deux metres de l’eau... frustrant... Gavees de sauterelles et de boulettes de pain les truites ne preterent meme plus attention a nous nous obligeant a aller acheter des saucisses au village.Loose quand tu nous tiens...

Apres l’arret au Montenegro et un petit changement d’organisation, les equipes prennent doucement la route de l’Albanie, ou nous sommes actuellement. Je menage le suspense mais ce pays s’annonce pas mal du tout. Les charrettes depassees sur la route augurent un pays sans aucun doute plus authentique, peut etre moins accueillant pour le touriste en quete de confort,mais tres different de la cote croate ou montenegrine. Et puis surtout la vie ne vaut que dalle !!! adieu pate carnex, adieu mousse de thon, adieu huile a la sardine...

A bientot pour de nouvelles aventures balkaniques !!